Chirurgie esthétique : quelle est la responsabilité du médecin ?

La chirurgie esthétique ou plastique est définie comme étant tout acte chirurgical dont le but est de modifier l’apparence physique du patient, sans avoir un but reconstructeur ou thérapeutique, même si certains aspects fonctionnels peuvent être corrigés par ce type de chirurgie. Elle inclut la liposuccion, l’augmentation mammaire, le lipofilling, le lifting visage, la plastie abdominale, les greffes de cheveux, et même les interventions au laser.

Bien comprendre les gestes chirurgicaux

Selon la loi, il faut impérativement obtenir le consentement du patient avant toute intervention médicale, surtout lorsqu’il s’agit des soins non-curatifs, tels que les chirurgies esthétiques.

Le consentement du patient doit être libre et éclairé. Pour cela, le médecin doit lui fournir toutes les informations nécessaires concernant la chirurgie qu’il va subir, avant de donner son consentement par écrit. Il doit, non seulement lui expliquer la procédure et ses avantages, mais aussi les suites opératoires et tous les risques potentiels, liés à cette chirurgie.

Dans cette spécialité de médecine, le chirurgien doit bien respecter les techniques utilisées et les appliquer à la lettre, car les fautes médicales ne sont pas tolérées. Ceci est dû au fait qu’il ne s’agit pas de procédure curative ou réparatrice comme on l’a déjà dit, mais plutôt des interventions optionnelles, par choix.

Rôle du chirurgien esthétique

Le rôle du médecin n’est pas limité à l’acte chirurgical seulement. Il intervient sur les étapes de l’intervention.

Avant l’intervention, le chirurgien esthétique commence par faire une consultation pour examiner le patient et lui proposer les options adaptées pour son cas, en détaillant les risques et les résultats attendus de chaque procédure.

Pendant l’opération chirurgicale, il doit bien respecter la technique utilisée et appliquer les procédures parfaitement.

Après l’opération, il doit assurer le suivi postopératoire du le patient. Il peut effectuer d’autres examens quelques jours ou bien quelques semaines après l’opération pour s’assurer que les résultats sont satisfaisants et qu’il n’y pas eu de complications.

Respect de la déontologie

  • Le praticien doit se soumettre à certaines règles déontologiques et éthiques, et ce, quelle que soit les souhaits du patient. Il ne doit pas céder aux demandes qui peuvent engendrer des risques sur santé de l’individu. En effet, le méditer du chirurgien est réglementée et toujours contrôlée par plusieurs instances et organismes, que ce soit en France ou ailleurs.
  • Le chirurgien doit aussi respecter le nombre de consultations post-opératoires qui dépend de la nature de la chirurgie et de l’état de santé général du patient.
  • La responsabilité du praticien réside également dans la fourniture de tous les documents médicaux à la personne opérée. Cette étape est très importante si le patient souhaite être suivi par un autre médecin.
  • Le conseil ne doit pas être lié au paiement, un chirurgien peut orienter un patient vers le bon choix sans faire de consultation, puisqu’il est censé pratiquer un noble métier.

De sa part, le patient doit être réaliste dans ses demandes, il ne peut pas par exemple faire plusieurs chirurgies plastiques à la fois. Il ne doit pas exiger des opérations à risques sans y être éligibles.

Tu peux Aussi comme

Lyse

A propos de l'auteur: Lyse

Quand je n'écrit pas pour le quotidien WebMatin, je fais du sport ! Je suis une accro à la natation une grand compétitrice !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *