Est-il temps d’acheter une maison, ou dois-je continuer à louer ?

Examinez combien de temps vous pensez vivre dans votre prochaine résidence, votre capacité à faire face à tous les paiements mensuels associés aux frais de propriété et de taxe.

L’une des plus grandes questions pour les premiers acheteurs potentiels : Dois-je continuer à louer ou dois-je faire le saut vers l’accession à la propriété ?

La réponse à cette question est, sans surprise, que cela dépend de votre situation selon laseve.info La décision de déménager est souvent aussi bien une décision de style de vie qu’une décision financière, et elle varie pour chacun d’entre nous en fonction de nos besoins et de nos préférences.

Voici les principales considérations à garder à l’esprit lorsque vous prenez votre propre décision d’acheter ou de louer, ainsi que quelques exemples concrets sur la manière d’évaluer et de comparer vos coûts financiers dans chaque cas de figure.

Votre projection au sein de la ville

Lorsque vous planifiez votre déménagement, il est important de vous demander combien de temps vous avez l’intention de vivre dans votre nouvelle maison. C’est l’un des facteurs clés qui devraient influencer votre choix d’acheter ou de louer.

La règle générale est que plus vous prévoyez de vivre longtemps dans la maison, plus la décision d’acheter devient favorable. L’immobilier est un investissement à long terme et l’achat puis la vente d’un bien immobilier à court terme entraînent des coûts réels.

Bien que le marché immobilier dans son ensemble connaisse depuis des décennies une série d’appréciations positives, les milliers d’euro de coûts de l’opération tels que :

  • Les droits d’enregistrement et frais du notaire
  • Les frais de déménagement
  • Les honoraires professionnels et juridiques de l’immobilier

Ils ne justifieront peut-être pas l’investissement financier impliqué à court terme, même dans les conditions les plus favorables du marché.

Si vous prévoyez de vivre dans la même maison pendant moins de trois ans, il est probablement préférable de louer et d’éviter de faire ce qui équivaut à un investissement. Si vous prévoyez de vivre dans la même maison pendant au moins cinq ans, la décision d’acheter est sans doute plus judicieuse.

Si, par contre vous prévoyez de déménager à nouveau au cours des trois à cinq prochaines années, il peut être judicieux d’examiner les aspects financiers plus généraux de la possession et du maintien d’une maison, car ils s’appliquent à votre situation personnelle avant d’aller de l’avant.

Comment déterminer le temps ?

Mais comment déterminer combien de temps vous allez probablement vivre dans votre nouvelle maison ? Votre décision doit être dictée par les besoins de votre mode de vie, tant aujourd’hui que dans l’avenir. Par exemple, la propriété dans laquelle vous emménagez pourra-t-elle faire face à une expansion ou à une contraction de votre famille ? Vivez-vous dans un quartier doté de bonnes écoles et, si ce n’est pas le cas, cela sera-t-il important pour vous à l’avenir ? Prévoyez-vous des changements dans vos déplacements quotidiens ?

L’objectif est de choisir une propriété et un emplacement qui tiennent compte du plus grand nombre de facteurs possible, de manière à limiter le nombre de déménagements nécessaires, à minimiser les pertes financières liées au déménagement et à maximiser le rendement de votre investissement si vous décidez d’acheter.

Examinez de plus près votre situation financière

Au-delà de la mise de fonds, il est important que les acheteurs potentiels tiennent compte de deux autres aspects financiers de l’accession à la propriété : les frais de possession mensuels et, comme je l’ai souligné plus haut, les coûts liés à la vente future de cette propriété.

Si vous êtes locataire et que vous souhaitez accéder à la propriété, certains des coûts mentionnés ci-dessus augmenteront probablement vos frais de logement mensuels et réduiront votre revenu disponible. Cela dit, les taux d’intérêt étant historiquement bas, le remboursement du capital de votre prêt hypothécaire représentera probablement plus de la moitié de ces paiements mensuels, et vous pouvez considérer cette partie comme une épargne forcée et une contribution à la constitution de votre valeur nette.

Tu peux Aussi comme

Lyse

A propos de l'auteur: Lyse

Quand je n'écrit pas pour le quotidien WebMatin, je fais du sport ! Je suis une accro à la natation une grand compétitrice !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *